Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de marlou
  • Le blog de marlou
  • : Creuser l'instant pour en dégager le maximum de sensations et d'émotions et les partager avec les autres
  • Contact

Vers Eklablog

Je quitte Overblog pour Eklablog.

Ma nouvelle adresse :

http:// textetexte.eklablog.com

Je vous y attends, les amis...

25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 07:42

4437805442_f63a6e2436.jpg

L'homme n'a rien du temps que l'instant qu'il possède,

Quand le temps est perdu, sa perte est sans remède :
Après tant d'embarras, tant de peine et de bruit,
On se trouve à la fin et sans temps et sans fruit.
Chacun se donne en proie au siècle qui l'entraîne,
Au plaisir qui l'amuse, au dessein qui le gêne,
Et comme s'il régnait une fatale loi,
Chacun fait ce qu'il peut pour n'être point à soi.
Homme trop partagé, possède-toi toi-même,
Fais servir tout le temps à ton bonheur suprême :
Chaque instant recueilli te vaut l'éternité.
Ne perds point tant de biens après la vanité.
N'attends pas à demain ; prends pour toi la journée :
Celle que l'on possède est la plus fortunée.
Le présent te regarde, et non pas l'avenir
Ne laisse point couler ce que tu peux tenir.
L'avare ne dit point : à demain la fortune ;
Il prend pour amasser la rencontre opportune.
Il abandonne au temps son esprit et son corps.
Le temps est son grand bien, le fond de ses trésors.
De notre illusion l'oubli du temps dérive.
De nos sens enchantés la fausse perspective
Nous montre de bien loin la mort et le tombeau ;
Et l'homme après un siècle à mourir est nouveau.
Ainsi perdant les jours, et comptant par années,
Cent ans dans son erreur ne sont que cent journées.
Le temps pousse le temps d'un insensible effort :
Et vivre, c'est toujours s'approcher de la mort.

Partager cet article

Repost 0
Published by marlou - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Quichottine 26/03/2010 16:33


Pourtant, c'est bon, de temps en temps, de pouvoir voler un peu de temps pour pouvoir le gaspiller. :)


clementine 25/03/2010 21:46


une philosophie de sagesse dans ce magnifique poème.
bonne soirée
clem


Marielle 25/03/2010 18:46


je ne connaissais pas du tout
beau texte plein de bon sens
bisous


Valentine :0056: 25/03/2010 17:56


Il est de quelle époque, ce Malaval ? XVIIe ? XVIIIe ? C'est beau, bien écrit, vrai, mais un peu rasoir pour mon goût... Ce qui est compréhensible pour un auteur vieux de trois siècles.


gazou 25/03/2010 14:46


voilà un poème plein de bon sens, je ne connais pas ce poète


chris 25/03/2010 12:35


j'aime la dernière ligne...bel après midi...


mamylilou 25/03/2010 11:57


Le présent te ragarde, n'est-ce pas seulement en lui que l'on devrait plonger notre regard..beau texte


Lmvie 25/03/2010 10:45


Comme je disais à Liedich qui vient de faire un poème sur le temps, ce dernier peut-être un ennemi dans ce cas je le tue !

Bisous


ag86 25/03/2010 10:28


Merci pour ce texte qui invite à réfléchir. Il est vrai que nous sommes la plupart du temps hors de nous-même ... Et c'est dans cet état que nous prenons toutes sortes de décisions !
Bises et bon jeudi. Alain


reinette 25/03/2010 08:49


comme c'est juste tout cela.
il y a longtemps que je n'avais eu l'occasion de relire Nerval.
merci