Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de marlou
  • Le blog de marlou
  • : Creuser l'instant pour en dégager le maximum de sensations et d'émotions et les partager avec les autres
  • Contact

Vers Eklablog

Je quitte Overblog pour Eklablog.

Ma nouvelle adresse :

http:// textetexte.eklablog.com

Je vous y attends, les amis...

21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 06:31

629646843_bc17604664.jpg

Qu'importe qu'en un jour on dépense une vie,
Si l'on doit en aimant épuiser tout son cœur,
Et doucement penché sur la coupe remplie,
Si l'on doit y goûter le nectar du bonheur.

Est-il besoin toujours qu'on achève l'année ?
Le souffle d'aujourd'hui flétrit la fleur d'hier ;
Je ne veux pas de rose inodore et fanée ;
C'est assez d'un printemps, je ne veux pas d'hiver.

Une heure vaut un siècle alors qu'elle est passée ;
Mais l'ombre n'est jamais une sœur du matin.
Je veux me reposer avant d'être lassée ;
Je ne veux qu'essayer quelques pas du chemin.



Partager cet article

Repost 0
Published by marlou - dans A méditer
commenter cet article

commentaires

Jakline 24/09/2010 00:56


Une bien belle rêverie.


clementine 21/09/2010 23:39


un poème très complexe malgré les mots simples et limpides.
bonne soirée
clem


marlou 21/09/2010 22:12


Chapeau !


marlou 21/09/2010 22:11


Qu'importe qu'en un jour on dépense une vie,
Si l'on doit en aimant épuiser tout son cœur,
Et doucement penché sur la coupe remplie,
Si l'on doit y goûter le nectar du bonheur.

Est-il besoin toujours qu'on achève l'année ?
Le souffle d'aujourd'hui flétrit la fleur d'hier ;
Je ne veux pas de rose inodore et fanée ;
C'est assez d'un printemps, je ne veux pas d'hiver.

Une heure vaut un siècle alors qu'elle est passée ;
Mais l'ombre n'est jamais une sœur du matin.
Je veux me reposer avant d'être lassée ;
Je ne veux qu'essayer quelques pas du chemin.


sophie 21/09/2010 18:28


J'ai quelques difficultés à lire ton poème qui promettait d'être magnifique.
Je t'embrasse Marlou.


Serge 21/09/2010 17:21


en ce qui me concerne ce joli poeme est coupe du cote gauche je ne sais d'ou cela vient
bises


autobiographie 21/09/2010 16:42


A part le fait que le texte est amputé sur la gauche, je le trouve magnifique.
Je t'embrasse,
Gigri


reinette 21/09/2010 14:18


je ne la connais pas mais son poème est sublime.
amitiés


Valentine :0056: 21/09/2010 14:07


Ah zut, je me suis trompée !!
voici la correction :


* Elisa MERCOEUR (1809-1835)


Rêverie

Qu'importe qu'en un jour on dépense une vie,
Si l'on doit en aimant épuiser tout son cœur,
Et doucement penché sur la coupe remplie,
Si l'on doit y goûter le nectar du bonheur.

Est-il besoin toujours qu'on achève l'année ?
Le souffle d'aujourd'hui flétrit la fleur d'hier ;
Je ne veux pas de rose inodore et fanée ;
C'est assez d'un printemps, je ne veux pas d'hiver.

Une heure vaut un siècle alors qu'elle est passée ;
Mais l'ombre n'est jamais une sœur du matin.
Je veux me reposer avant d'être lassée ;
Je ne veux qu'essayer quelques pas du chemin.

Pauvre Élisa, morte à 26 ans !!


Valentine :0056: 21/09/2010 14:03


Attends, j'essaie de deviner, ça fait un jeu rigolo que tu pourrais proposer à tes lecteurs (je reconstitue l'alexandrin, ça donne une base) :

Qu'importe qu'en un jour on dépense une vie,
Chacun doit en aimant épuiser tout son cœur,
Et doucement penché sur la coupe remplie
Chacun doit y goûter le nectar du bonheur.

Est-il besoin toujours qu'on achève l'année ?
Le souffle d'aujourd'hui flétrit la fleur d'hier ;
Je ne veux pas de rose inodore et fanée ;
C'est assez d'un printemps, je ne veux pas d'hiver.

Une heure vaut un siècle alors qu'elle est passée ;
Et l'ombre n'est jamais une sœur du matin.
Je veux me reposer avant d'être lassée ;
Je ne veux qu'essayer quelques pas du chemin.

Tristounette, la dame ; cela me rappelle Brel qui refusait de vieillir. Mais je ne la connais pas du tout.