Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de marlou
  • Le blog de marlou
  • : Creuser l'instant pour en dégager le maximum de sensations et d'émotions et les partager avec les autres
  • Contact

Vers Eklablog

Je quitte Overblog pour Eklablog.

Ma nouvelle adresse :

http:// textetexte.eklablog.com

Je vous y attends, les amis...

24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 05:17


 

houx

En 1822, un pasteur new-yorkais du nom de Clément Clarke

Moore écrivit un  poème mettant en scène un Père Noël

entièrement vêtu de rouge, assis dans un traineau tiré par

des rennes, avec un sac de jouets toujours plein, et des bas

 accrochés au-dessus de la cheminée dans l'attente des cadeaux.

Ces images poétiques ont symbolisé Noël pour des générations et

des générations d'enfants.
Intitulé " A visit from Saint Nicholas " puis publié anonymement

 dans un journal de l'état de New York, ce poème séduisit immédiatement l'imagination du public.

A tel point que le premier vers : " Twas the night before Christmas "

 prit rapidement la place du titre original .

Une des raisons pour lesquelles le poème de Moore connaît toujours

le même succès est la joie qu'on éprouve à le lire à haute voix. Il

commence dans le silence et le suspense pour monter en un crescendo

dramatique tandis que ses vers joyeux annoncent le mystérieux visiteur

de minuit.

Récit merveilleux en attendant Noël " The night before Christmas "

est devenu depuis un véritable rite dans beaucoup de familles anglo-

saxonnes.

Et vous aussi. Vous ne pourrez pas résister au plaisir de renouer avec

cette vieille tradition qui veut qu'on lise ce poème à haute voix afin

que tous puissent en partager la joie et l'émotion.

C'était la nuit de Noël, un peu avant minuit,
A l'heure où tout est calme, même les souris.

On avait pendu nos bas devant la cheminée,
Pour que le Père Noël les trouve dès son arrivée.

Blottis bien au chaud dans leurs petits lits,
Les enfants sages s'étaient déjà endormis.

Maman et moi, dans nos chemises de nuit,
Venions à peine de souffler la bougie,

Quand au dehors, un bruit de clochettes,
Me fit sortir díun coup de sous ma couette.

Filant comme une flèche vers la fenêtre,
Je scrutais tout là haut le ciel étoilé.

Au dessus de la neige, la lune étincelante,
Illuminait la nuit comme si c'était le jour.

Je n'en crus pas mes yeux quand apparut au loin,
Un traîneau et huit rennes pas plus gros que le poing,

Dirigés par un petit personnage enjoué :
C'était le Père Noël je le savais.

Ses coursiers volaient comme s'ils avaient des ailes.
Et lui chantait, afin de les encourager :
" Allez Tornade !, Allez Danseur ! Allez , Furie et Fringuant !
En avant Comète et Cupidon ! Allez Eclair et Tonnerre !
Tout droit vers ce porche, tout droit vers ce mur !
Au galop au galop mes amis ! au triple galop ! "

Pareils aux feuilles mortes, emportées par le vent,
Qui montent vers le ciel pour franchir les obstacles ,
Les coursiers s'envolèrent, jusqu'au dessus de ma tête,
Avec le traîneau, les jouets et même le Père Noël.

Peu après j'entendis résonner sur le toit
Le piétinement fougueux de leurs petits sabots.

Une fois la fenêtre refermée, je me retournais,
Juste quand le Père Noël sortait de la cheminée.

Son habit de fourrure, ses bottes et son bonnet,
Etaient un peu salis par la cendre et la suie.

Jeté sur son épaule, un sac plein de jouets,
Lui donnait l'air d'un bien curieux marchand.

Il avait des joues roses, des fossettes charmantes,
Un nez comme une cerise et des yeux pétillants,

Une petite bouche qui souriait tout le temps,
Et une très grande barbe d'un blanc vraiment immaculé.

De sa pipe allumée coincée entre ses dents,
Montaient en tourbillons des volutes de fumée.

Il avait le visage épanoui, et son ventre tout rond
Sautait quand il riait, comme un petit ballon.

Il était si dodu, si joufflu, cet espiègle lutin,
Que je me mis malgré moi à rire derrière ma main.

Mais d'un clin d'oeil et d'un signe de la tête,
Il me fit comprendre que je ne risquais rien.

Puis sans dire un mot, car il était pressé,
Se hâta de remplir les bas, jusqu'au dernier,
Et me salua d'un doigt posé sur l'aile du nez,
Avant de disparaître dans la cheminée.

Je l'entendis ensuite siffler son bel équipage.

Ensemble ils s'envolèrent comme une plume au vent.

Avant de disparaître le Père Noël cria :
" Joyeux Noël à tous et à tous une bonne nuit "

 

(Pris sur le Net)

Partager cet article

Repost 0
Published by marlou - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

liedich 26/12/2010 12:43


J'ai découvert ceci il doit y avoir deux ou trois jours mais où.... Et je le retrouve là. Par contre je découvre la page qui narre tout cela. Il me revient le nom des rennes et d'autres mots mais
je n'avais pas l'intégralité.
Merci. Marrant ce père Noel, tout le monde l'aime mais pas assez pour que les bêtises s'arrêtent.
Meilleure fin d'année à Vous. Michel.


Valentine :0056: 24/12/2010 23:31


Merci Marlou pour ce magnifique conte de Noël en poésie !


clementine 24/12/2010 19:07


Merci de ce texte et cri
bonne soirée
clem


mamylilou 24/12/2010 15:13


Superbe : c'est tout plaisir de plonger dans ces souvenirs!
Bises et bonne fête de Noël


Marielle 24/12/2010 14:29


Joyeux Noël Marlou et qu'il remplisse bien tes bas !!
Je t'embasse, Marielle


Quichottine 24/12/2010 11:41


Bon Noël, Marlou.


juliette b 24/12/2010 08:52


Nous l'avons tant aimé