Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de marlou
  • Le blog de marlou
  • : Creuser l'instant pour en dégager le maximum de sensations et d'émotions et les partager avec les autres
  • Contact

Vers Eklablog

Je quitte Overblog pour Eklablog.

Ma nouvelle adresse :

http:// textetexte.eklablog.com

Je vous y attends, les amis...

19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 06:58

 

3780652852_032a3cf8db.jpg

Traversé le désert

du cliquetis des heures

 

vers le petit matin

s’apaise le feu

 

s’effritent les lèvres crispées

sur une bouée de braises

 

réduites

les teintes humaines

à leur plus plus simple impression

 

vidée la palette

des jours nimbés de  soleil
 

arrachés les épis de blé vert

par les rouages barbares

 

un goût de sang

chevauche le monde

ramène  le cycle

des moissons noires

 

Partager cet article

Repost 0
Published by marlou - dans poèmes
commenter cet article

commentaires

Ut 25/09/2010 15:59


Oh que tu es belle!!!!!


Nhand 21/09/2010 13:41


Sombre et quelque peu inquiétant, oui, mais c'est ce que sont aussi le monde et les humains...

Je tiens à souligner la beauté de ce texte ô combien poétique (comme quoi, tout peut se dire en poésie !!!). Merci.

NH


bleuesirene 19/09/2010 18:11


lu, relu ce poème
magnifique
qui laisse penser, rêver à sa beauté
bises


anne 19/09/2010 17:50


Beau poème lu et relu... aimé


clementine 19/09/2010 14:01


Toujours très beau poème.
bonne journée
clem


nasamat 19/09/2010 12:57


C'est ce que j'évite de dire dans ma poésie. Je préfère des petits choses plus gaies comme:

Un peu d’amour

Le vautour est de retour.
Il cherche une copine
Dans les collines,
Il en aperçoit une
En train de manger une prune,
Mais celle-ci
N’est ici
Que pour un autre vautour,
Qui, lui, aussi,
N’est ici
Que pour faire l’amour.
Alors que va faire la copine?
Et bien, elle danse, vole et
Pense…
Alors que les deux vautours
S’exhibent tour à tour
Puis font la guerre
Jusqu’à la tombée du jour,
Et ce, pour le plaisir de satisfaire son désir
De faire l’amour
Avec la copine de toujours.


Valentine :0056: 19/09/2010 11:02


Sibyllin et inquiétant, ce poème... S'agit-il des sensations éprouvées après un raid dans le désert ?


reinette 19/09/2010 09:57


moissons noires terrible image.
bon dimanche


Stellamaris 19/09/2010 09:18


Tout le tragique de la condition humaine, en quelques vers ... Bravo !

Bises.


chris 19/09/2010 08:36


revenir lire ce poème pour s'imprégner de sa beauté et de sa force...