Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de marlou
  • Le blog de marlou
  • : Creuser l'instant pour en dégager le maximum de sensations et d'émotions et les partager avec les autres
  • Contact

Vers Eklablog

Je quitte Overblog pour Eklablog.

Ma nouvelle adresse :

http:// textetexte.eklablog.com

Je vous y attends, les amis...

17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 06:26

 

Le jour se lève, gris

Maussade en ses nuages

Le coeur fragile est pris

Dans un sursaut d'orage

 

Tu souffres donc, ami

Et veille ma mémoire

Qui doucement revit

De l'amitié, l'histoire

 

L'année suivant sa pente

Au bord de l'inconnu

Et la soirée charmante

Où l'on s'était connu

 

Nous avons ri souvent

De reparties soudaines

Qui jetaient dans le vent

les peines par centaines

  

Puis la vie a repris

Chacun en son ornière

Le hasard et l'oubli

Ont terni ces lumières

 

Voilà que tu reviens

Que la vie te ramène

Pour croiser nos chemins

Pour partager la peine

 

Je pense à toi, ami

Un peu comme une mère

Et je porte ton cri

Jusque dans ma prière.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by marlou - dans poèmes
commenter cet article

commentaires

Marielle 18/08/2010 18:46


Très émouvant poème, très beaux dans les mots et un esprit d'amitié touchante...Merci pour cette prière.


Stellamaris 18/08/2010 10:57


Un très, très beau poème, Marlou ... Bises !


clementine 17/08/2010 23:30


très beau
bonne nuit
clem


Charlie 17/08/2010 21:06


Pourquoi en ai-je des frissons ??
Parce que je jette aussi jusque dans ma prière ces moments où l'on ne compte pas et où l'on garde juste la valeur de ce qui nous lie...
Merci Marlou.
Reçois mon doux bisou du soir.


Valentine :0056: 17/08/2010 11:37


Joli, dans le style d'Ephraïm, mais j'aime mieux.


poete enrage 17/08/2010 10:33


Une atmosphère de nostalgie qui persiste.


gazou 17/08/2010 09:23


J'aime tes mots si doux, si fraternels


Martine 17/08/2010 06:45


Joli poème.... Très émouvant de revoir ceux que l'on a aimés que ce soit par hasard ou volontairement... Mieux vaut parfois ne jamais revenir