Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de marlou
  • Le blog de marlou
  • : Creuser l'instant pour en dégager le maximum de sensations et d'émotions et les partager avec les autres
  • Contact

Vers Eklablog

Je quitte Overblog pour Eklablog.

Ma nouvelle adresse :

http:// textetexte.eklablog.com

Je vous y attends, les amis...

5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 18:28

L'écriture d'un Tanka réclame souvent un travail de plusieurs jours pour concentrer en quelques mots, une seule idée, un seul sujet. Le Tanka forme l'esprit à l'observation sincère et intègre du langage du coeur, c'est presque une philosophie en 5 lignes. En tout cas on parle de divin, pas de vulgarité, ni de choses basses ou triviales, pas même de bonheur ou de malheur dans le Tanka. C'est vraiment un ART poétique intransigeant qui ne supporte pas la médiocrité. C'était l'ART des nobles japonais en recherche constante d'harmonie et de perfection.

Les regles du tanka selon Alhama Garcia :

Le tanka est un art de contrainte :

1. La métrique en syllabes impaires 57577 définit le tanka.

2. Des irrégularités sont permises mais restent exceptionnelles.

3. Pas de ponctuation. Les signes typographiques admis sont le tiret, les points d'exclamation et d'interrogation. Les deux points peuvent remplacer le tiret. Un seul signe par tanka.

4. Les mots abstraits ou philosophiques ou amphigouriques sont déconseillés. Priorité au concret.

5. Le tanka fonctionne sur "le pas de côté", la grande Césure

Exemple de tanka ancien

L'auteur Ryôkan (son vrai nom est Yamamoto Eizô est né en 1758, mort en 1831. La traduction detruit la metrique :

A ce monde

j'ai fermé la porte

sans cesser

pour autant

d'y rester attentif

Le tanka moderne pris dans "Telluries", d'Alhama Garcia

Le caprice ultime :

la fleur et l’insecte meurent

le soleil s’éteint

moi j’ébourgeonne tranquille

un pauvre sarment de vigne

Partager cet article

Repost 0
Published by marlou
commenter cet article

commentaires

Quichottine 06/07/2016 12:40

Merci pour ces explications, Marlou.
Je les lirai différemment désormais. :)
Passe une douce journée. Bisous.

marlou 07/07/2016 13:27

Cela me ferait plaisir. Merci Quichottine.
Bisous

Azalaïs 06/07/2016 08:34

c'est intéressant mais comme le dit fort justement Aloysia, beaucoup de Tanka ou Haïku Français qui veulent copier l'esprit Japonais me paraissent trop secs, avec des mots qui se heurte et se cognent sans harmonie avec notre esprit qui a soif de rondeur
beaucoup s'y essaient pensant que c'est fort simple, qu'il suffit de savoir compter mais trop souvent leurs mots ont du mal à me toucher tellement c'est artificiel et aride

marlou 07/07/2016 13:33

Le beau existe dans toutes les cultures, s'il est elevation du coeur et de l'esprit, c'est du moins ce que je pense... Merci pour le partage de tes idees.

tilk 06/07/2016 00:24

merci beaucoup pour ce petit et intéressant rappel
besos
tilk

marlou 07/07/2016 13:33

Toujours le bienvenu ici Tilk, besos

Aloysia 05/07/2016 22:02

C'est la poésie japonaise ; comme l'estampe japonaise, c'est quelque chose de très spécifique à leur climat, à leur langage, à leur caractère. Je ne suis pas certaine que cela soit vraiment adaptable dans notre langue et notre système de pensée.

marlou 07/07/2016 16:41

Et pourquoi pas Aloysia ? Il y a un fosse entre ici et la, entre anciens et modernes. La vie est mouvement, adaptation...Les nouveaux poetes parlent d'une experience qui se fait au jour le jour. Sont-ils si loin de la pensee universelle ?
PS : Peut-etre ai-je mal choisi les poemes ?